Heligoland est le cinquième album de Massive Attack sortie au printemps 2010. Il succède à 100th Window (2003). Il a donc fallu attendre sept ans entre les deux albums. Malgré tout, Massive Attack ne s’est pas retiré pendant ces sept ans. Ils n’ont cessé de tourner. A noter tout de même que Heligoland marque le retour de Grant Marshall (Daddy G.) dans le groupe. Robert Del Naja (3D) était le seul rescapé du navire pour le précédent album.

La fracture dans l’univers de Massive Attack était déjà présente dans 100th Window. Il a été reproché à 3D d’avoir créé un univers lent et froid. Le retour de Daddy G pour ce cinquième opus a réchauffé un peu l’atmosphère que peu dégagé l’album. « Babel », par exemple, est servi par Martina Topley-Bird, chanteuse chaleureuse ayant travaillé avec Tricky sur plusieurs de ses albums. De plus, la voix grave de Marshall, comme sur « Splitting The Atom », donne une profondeur presque amicale. La musique presque cérébrale de 100th Window est laissée un peu de côté.

Un petit point négatif de l’album est que Robert Del Naja est plutôt absent au chant. Dans « Splitting the Atom », il n’a qu’un complet et quelques chœurs. Il faut attendre « Rush Minute », la huitième piste pour l’entendre sa voix lentement posée et froide.

Massive Attack s’est associé avec un musicien de talent : Damon Albarn (Blur, Gorillaz). La signature de Damon apparait sur « Splitting The Atom », « Flat Of The Blade » et « Saturday Come Slow » où il prend en charge le chant et scande « Do you love me ? » à qui veut l’entendre. Cette collaboration n’est pas toute nouvelle. On peut entendre Damon faire des chœurs sur « Small Time Shoot Em’Up », version alternative de « Small Time Shot Away ». Ceci mise à part, Damon Albarn et Robert Del Naja ont une façon de composer assez différente. Mais, il en sort un album complet, aggréable à écouter tout en respectant l’univers propre à Massive Attack.

Heligoland s’inscrit dans une continuité, dans un renouveau à chaque opus. Le pari est une fois de plus réussi pour Heligoland. Les compères de Bristol nous offrent un album qui change la donne. Aucune sortie de 2010 ne lui ressemble. Massive Attack est toujours impossible à classer, même si on peut les rapprocher de la culture Trip-Hop.

Les dix pièces de cet album peuvent transporter et faire vivre une expérience. C’est peut-être là où réside la force de Massive Attack.

 

Site : Massive Attack